Les bouffées de chaleur

Il s'agit du symptôme  le plus fréquemment associé à la ménopause, dû à l'arrêt de la production d'œstrogène par les ovaires.

Trois femmes ménopausées sur quatre ont des bouffées de chaleur. Dans la majorité des cas, ces bouffées de chaleur persistent pendant plus d'un an et, chez près de la moitié des femmes, jusqu'à 5 ou 10 ans après l'arrêt des règles. Néanmoins, certaines femmes peuvent souffrir de bouffées de chaleur même après 70 ans.

L'organisme maintient sa température constante en modifiant l'afflux de sang au niveau de la peau.
Les œstrogènes interviennent dans ce mécanisme de régulation de la température corporelle. A la ménopause, la diminution puis l'arrêt de la sécrétion d'œstrogènes peut provoquer une vasodilatation importante des vaisseaux sanguins de la peau, se manifestant par les désagréables « bouffées de chaleurs ». Une situation de stress ou un soudain changement de température peuvent également déclencher une bouffée de chaleur.

La première manifestation de la bouffée de chaleur est une sensation de pression au niveau de la tête, comparable à un mal de tête. L'intensité s'accroît progressivement et culmine pour laisser place à la bouffée de chaleur proprement dite, qui débute au niveau de la tête et du cou et envahit en nappe l'organisme tout entier. La sensation de chaleur est suivie par une crise de sueur plus ou moins gênante, surtout la nuit, qui est plus marquée au niveau de la tête, du cou et de la poitrine. Elle peut être également être ressentie au niveau des joues et des jambes. L'épisode peut durer de 2 à 5 minutes et se terminer par des tremblements et des frissons.

Les bouffées de chaleur, quoique sans danger, altèrent réellement la qualité de vie des femmes ménopausées.

En effet, ces épisodes peuvent se répéter jusqu'à 15 à 20 fois par jour et incommoder les femmes au point de les empêcher de mener une vie normale. Fort heureusement, des solutions  permettent de réduire considérablement cet inconfort.